Par amour, une mère aide son fils à mourir et évite l’emprisonnement

D’ici à peine un mois, il y aura trois ans que Charles est décédé. Ce grand bonhomme de 36 ans, affligé par la sclérose en plaques, avait tout préparé pour se donner la mort. Au jour J, sa mère, Marielle Houle, s’est rendue à son chevet pour l’assister. 

A « Dossier Justice / Aimer jusqu’à la mort », le journaliste Yves Boisvert relate les faits qui nous plongent dans la tragédie de gens ordinaires. Les symptômes de Charles étaient difficiles à identifier. Il aura fallu beaucoup de temps avant qu’on puisse nommer la maladie. Charles marchait de plus en plus difficilement au point qu’on le pensait ivre. Il n’a pas voulu attendre de perdre complètement son autonomie pour préparer son grand départ, refusant que la maladie le détruise davantage. Même si sa mère tentait par tous les moyens de le dissuader de mourir, Charles n’a jamais dévié de son optique, il avait pensé à tout.

Si sa mère a bénéficié d’une sentence suspendue, c’est bien parce qu’il était évident qu’elle n’avait rien à gagner en aidant son fils unique à mourir, ce fils pour qui elle était prête à vivre le reste de ses jours en prison. Même le procureur dira que cette femme ne peut avoir pire châtiment que la mort de son fils dont elle reverra les dernières images toute sa vie. Au Canal D, le jeudi 30 août, 20h.

Laisser un commentaire